Des Mots-Maux

29/01/2017

***Que vois-tu? Que sais-tu?*** 

Que vois-tu lorsque tu me regardes?

Mon regard marqué.

Mes larmes tombées.

Mes cicatrices cachées. 

Ma souffrance masquée.

Ma peine étouffée.

Mon cœur foudroyé. 

Que vois tu? 

Le sombre regard.

Et lendemain de hasard. 

Postures courbées.

De ses coups assénés. 

Que sais-tu?

De ses tourments assassins.

De mes levés incertains.

De mes larmes cachées.

Souffrance irradiée.

De mes angoisses.

Mes peurs qu'elle ne passe.

De ma panique submergeant.

Mes craintes envahissantes. 

Qu'il se cache cicatrices.

Je ne suis qu'actrice.

De cette araignée vicieuse.

Tellement demandeuse. 

Mon énergie absorbée.

Et regard effacé.

Je n'ai qu'envie de pleurer. 

Je me lève chaque matin.

Ceux ci si incertains.

Et ne cesse de me battre.

Contre cette acariâtre. 

Je lutte contre cette maladie.

Elle fait parti de ma vie. 

E n d o m é t r i o s e 

***Alors? Que sais-tu et que vois-tu ?***DD

Je me disais. 

Je me disais que la vie serait simple

Mais j'ai commencé par un aller simple

J'ai fini par ignorer le faste, subir les complications 

Tout en traçant quelques sillons

Dans une vie devenue compliquée. 

Je me disais que la douleur disparaîtrait

Mais avec le temps m'envahissait, s'envenimait

J'ai fini par serrer les poings, recevoir les coups assassins

Valser dans la souffrance, cela est mon destin

Et je vis un futur brouillé. 

Je me disais « En grandissant »

Mais devenue femme je ne connais pas le soulagement

J'ai fini par plier les genoux

Croire que je ne tiendrais jamais debout

Et mon regard fut voilé. Je me disais « Qu'Est-ce la vie ? »

Sans un répit ni sursis

J'ai fini par comprendre que chaque choses, 

Que cette vie m'impose

Finiraient par m'apporter quelques bonheurs espérés. Vivre avec une maladie infiltrée

De douleurs, de peurs, et d'incertitudes

A fini par devenir habitude

A fini par devenir mon quotidien

A fini par se sentir moins que rien

Mais subir pour mieux rêver

Garder l'espoir sans fin

Qu'un jour j'aurais la paix

S'il vous plait que cela ne soit pas en vain. 


Je me disais ...que j'ai le droit de rêver

Je me disais ...que j'ai le droit d'espérer

Ne pas flancher, ne pas se rabaisser

Se relever et continuer à se battre

La tête haute à affronter

Cette maladie hostile, acariâtre . 

Il est doux de rêver

Il est tendre d'espérer

Chaque petits bonheurs apportés

De Chaque jours qui passent

M'aident à patienter

Au long du temps qui passe. 


Je me disais...que.

DD