Ma jumelle Maléfique

26/01/2017

A toi ma jumelle maléfique, toi l'autre partie de moi. Maladie me rongeant l'intérieur, d'un corps que je ne reconnais plus. Je te hais pour toutes les souffrances que tu m'infliges. Je te déteste pour tout ces poisons que je dois ingérer chaque jour pour seulement me lever. J'aimerais pouvoir marcher et bouger comme le commun des mortels et danser oh oui danser des heures comme avant, sans souffrir le martyr. Pouvoir sortir juste acheter du pain sans cette foutue béquille, mon soutient, mon excuse qui m'aide a faire croire que malgré les apparences tout va bien... Les apparences parlons en ... tu me fais honte parasite, tu me dévores et je fais comme ci, je prétends, tu m'obliges a mentir chaque jour que dieu fait ...Moi la franchise incarnée obligée d'abuser les gens que j'aime pour ne pas les inquiéter. 

Toi qui n'est que souffrance et incompréhension car après tout je donne plutôt bien le change ... parait-il que je suis bonne actrice ... Tu m'as volé mon corps que je ne reconnais plus , il passe son temps à me trahir...il m'abandonne on ne sait jamais quand, il s'effondre à n'importe quel moment comme une poupée de chiffon... alors quand ça arrive je me dit juste que finalement je lui suis redevable à cette foutue béquille, elle me permets de garder un peu ma fierté... Ah la fierté ... moi qui ai su garder la tête haute dans tous les enfers que j'ai du traverser maintenant je suis juste bonne à serrer les dents pour ne pas hurler.... Il y a des jours avec où tous ces foutus médocs m'anesthésient et me transforment en junkie lobotomisée qui peut même pas franchir sa porte seule de peur d'un drame... parce que oui ces jours là, je peux être dangereuse pour les autres ou moi-même. Et puis il y a les jours sans ... ou même défoncée je retrouve un éclat de lucidité ... ces jours où je réalise que même si je "ne suis pas ma maladie" bah je me rends compte que toi pourriture tu m'as volé ma vie... Mes éclats de rire, mes sorties, mes envies et mes rêves...Quand je réalise que je peux même pas aller voir les miens parce que je suis incapable de supporter le trajet vu que toi parasite, tu m'en empêche. Tu m'as pris beaucoup, la liste est tellement longue ...On ne meurt pas de toi mais qu'est ce que l'on peu perdre à cause de toi...Insidieuse et perfide tu me rappelle chaque jour ta présence telle une ombre au dessus de moi. Personne ne comprends, personne à part mes sœurs de combat, celles qui sentent chaque jour ton emprise impuissante et solitaires dans ce combat, incomprises... On est tellement nombreuses à te subir, toi la maléfique, toi l'incurable qui nous grignote à petit feu... Une vraie armée de guerrières pourtant si impuissantes face à toi. Alors il parait que l'on doit endurer, subir en silence ces maux de bonne femme, cette chochoterie ... Mais non, quand ton corps te dévore à petit feu et qu'il devient ton pire ennemi on y arrive plus, à endurer... Chaque jour que Dieu fait j'endure, j'encaisse, je m'empoisonne à la morphine, anti douleurs et autres anxiolytiques attendant une nouvelle opération qui ne sera pas la dernière... Parce que l'on ne guérit jamais de toi... Toute ma vie tu resteras collée à ma chair, tu seras l'ombre de mon ombre, ma jumelle. De ma naissance à ma mort je te supporterais ... Petit à petit tu tenteras de prendre le dessus me réduisant chaque jour un peu plus au silence. Souffrir en silence tout un programme, pour ne pas inquiéter mes proches je donne tellement le change. J'ai la chance d'avoir près de moi des soutiens moraux exceptionnels, un homme merveilleux à mes cotés et une famille que j'aime au delà des mots malgré cela je n'oublie pas mes sœurs qui souffrent seule de toi est ce normal ? Le jugement, l'incompréhension, le mépris des autres ? Pourquoi ? Je te hais de me rappeler à chaque instant mes faiblesses, comme si être prisonnière de mon canapé n'était pas suffisant il faut encore et toujours te ressentir dans mon ventre, douleur lancinante qui ne s'arrête jamais, éternel poids sur ma carcasse épuisée ... Alors oui je suis beaucoup de choses mais également je suis malade ... D'une maladie qui ne tue pas mais qui au final te tue à petit feu, te ronge et entraîne d'autres pathologies avec elle ... Je suis fatiguée .. Tellement fatiguée que je voudrais dormir cent ans juste pour t'oublier ... Un peu de répit, le repos de la guerrière mais non même dormir tu m'en empêche .... Beaucoup ne comprendrons pas, je m'en fous c'est pas pour eux ce texte c'est pour toi ma chère jumelle toi qui m'a tellement pris ... Mes rêves de liberté, de rires d'enfants, d'insouciance ... Tu pourras continuer d'envahir mon corps mais mon âme et mon cœur ça tu ne les auras jamais... Le combat continue encore et toujours car je ne baisserais pas les bras, je n'en ai pas le droit. Me battre pour moi n'as plus vraiment de sens puisque c'est couru d'avance tu es dégénérative ...Mais je continuerais à combattre pour ceux que je porte dans mon cœur...Je ne te laisserais jamais gagner ... A bon entendeur .... L